Si je n'ai pas de doute quant au fait que mes enfants sont tous les 3 différents, je sais déjà que leurs débuts n'ont rien à voir les uns avec les autres. Leurs allaitements en particulier. 

Mon Prince a mangé et grossi sans aucun souci. L'allaitement était d'une facilité déconcertante. Suite à un baby blues carabiné, l'équipe de la maternité m'a proposé de façon très insistante de sortir déjeuner avec mon mari. Pour cela, il fallait préparer un bib pour mon toutPetit. 150ml tirés en quelques minutes. Ascendant laitière donc. Il s'est sevré tout seul vers 6 mois. Timing parfait, quelques jours avant la percée de sa première dent. 

Pour ma Princesse, la mise en place a été plus compliquée. Des douleurs dont je ne me souvenais pas, des positions que je n'arrivais pas à reprendre. Avec l'aide d'une équipe patiente, tout est rapidement rentré dans l'ordre. 9 mois après, ma Princesse était sevrée, juste à temps pour ma reprise du travail. 

Et puis vint la microPrincesse. Des débuts douloureux à la maternité, des solutions cherchées, en serrant les dents, je tiens bon. Pour elle, pour moi. Parce que oui, j'aime bien allaiter. Elle reprend bien du poids, on rentre à la maison. Et là, des ganglions jusqu'à l'omoplate, des frissons en pleine nuit, bref, je voyais revenir l'engorgement que j'avais connu pour mon Prince. Grâce à ma sage femme préférée (d'ailleurs, vous qui vous passez par ici, allez signer leur pétition), à ses conseils en phytothérapie, j'arrive à éviter l'évitable. Merci ma Lo !
Lundi, 8 jours après sa naissance, ma microPrincesse et moi allons à la PMI. Et là, le couperet tombe. Elle a perdu du poids. Madame, vous ne faites pas comme il faut, Réveillez la toutes ls 1h30 même la nuit, Donnez lui des biberons de complément. Une puéricultrice qui a tout compris à la psychologie. Surtout au moment de la chute d'hormones. Madame, je vous tire mon chapeau. 
Retour en larmes à la maison. Un mari rassurant, la puce va bien, elle sourit, c'est un "gros" bébé, elle a des réserves. Achat d'une boite de lait et d'un biberon. Ces "ustensils" dont nous ne pensions pas avoir besoin avant quelques temps. 
Heureux concours de circonstance, la sage femme avec laquelle j'ai fait la prépa (oui, même pour un 3ème) venait pour peser la puce, voir comment j'allais... Constat de la perte de poids. Elle m'a rassurée, donné des conseils pour relancer la lactation. 
Et puis, après vérification, ma puce a un frein de langue un peu court. Demain, je trouverai un rendez vous pour résoudre ce problème. Elle tétera mieux, reprendra du poids, dormira "moins". Tout ceci ne sera plus qu'un mauvais souvenir. 
Et dans le pire des cas, je me fais petit à petit (mais vraiment tout petit à tout petit) à l'idée que ma microPrincesse aura un allaitement artificiel. Finalement, nous y avons tous survécu non ?