Il y a des alchimies qui ne s'expliquent pas. 
Comme quand on recontre son co-njoint, qu'on choisit sur co-loc. Ou son co-thurne quand on part en classe verte. 
Son co-équipier sur un bateau, son co-TD quand on est grand. (Ca marche moins bien pour les co-llègues, j'en conviens). 

On a un certain nombre de critères conscients ou inconscients. Des trucs qui font que ça a plus de chance de fonctionner. On aime aller voir les mêmes expos, on écoute le même genre de musique, on appréhende les problèmes de façon similaire ou complétementaire, il y a comme une co-nnexion. 

C'est pareil quand on cherche un mode de garde, il faut que le courant passe avec l'autre famille pour les gardes partagées, avec la direction pour la crèche (je peux aussi vous parler de la crèche avec laquelle le courant ne passe pas du tout. Ni pour les parents, ni pour les enfants. Aucun co dans ce cas là, sauf celui des cau-chemars), avec la nounou pour les assistantes maternelles. 
Pour la garde partagée en particulier, il faut rencontrer sa co-nounou. La famille qu’on verra tous les jours, chez qui notre enfant ira la moitié du temps, et dont l’enfant viendra chez nous l’autre moitié. Il faut donc que ce co- existe, qu’on soit à peu près sur la même longueur d’onde, qu’on soit des familles similaires.

C'est sur ce constat que les fondatrices que Krys, Alexandra et Joanna ont créé CoFamille. Un site gratuit de partage de services. Les familles se rencontrent par affinités. Parce que partager une nounou pour la garde des enfants s'inscrit sur le long terme. On en prend pour 2 à 3 ans quand même, autant le faire avec des personnes avec lesquelles on est susceptible de s'entendre. Pareil pour les gardes du mercredi après midi, ou le cours de violon ou de trompette. D'ailleurs, il faut que je trouve un prof d'art et une famille pour les cours d'art de ma grande à la rentrée. Quitte à recevoir un enfant toutes les semaines, ou à laisser ma fille aller chez lui, autant que je m'entende avec ses parents, et qu'ils n'habitent pas trop loin. 

On choisit le "type" de famille qui nous correspond le mieux, et puis on discute, on se rencontre et on s'associe. Et comme l'union fait la force, à plusieurs on obtient plus facilement des réductions. Bref, être co- ce n’est que du bonheur !

 

Capture d’écran 2017-05-16 à 09

Capture d’écran 2017-05-16 à 09